RADIO(S)

Alerte info
RMS INFOS : : Désormais, Ecoutez RMS RADIO MIDI SOLEIL sur la fréquence 96.4 sur l'Application WEBTUNER.FR ! RMS INFOS : : Désormais, Ecoutez RMS RADIO MIDI SOLEIL sur la fréquence 102.4 sur le site de Virtueltuner.fr


Comme de nombreux usagers de la route, Jean-Michel Sénéchal, coordinateur de la Fédération des Motards en Colère de l'Héraut (FFCM 34) manifestera son exaspération le 17 novembre 2018. Car après la limitation de vitesse à 80 kilomètres/heure sur les routes sans séparateur central, la flambée du prix à la pompe est la goutte de trop.
 

Quand rouler devient un luxe


Ce sera donc la 6ème fois de l'année que les Motards en Colère se mobilisent cette. Jamais un gouvernement n'avait autant fait réagir la fédération. Pour eux, rouler serait en passe de devenir un luxe, bientôt inaccessible pour les petits revenus. L'une des adhérentes de la FFMC 34, Dominique Tieppo, espère cette fois être entendue :


Je me dis que le gouvernement sera quand même bien obligé de voir que "le peuple", avec de gros guillemets, se révolte !


Motards en Colère mais pas Gilets Jaunes


Pour autant, la FFMC, tant au niveau national que local, n'appelle pas à rejoindre les quelque 500 barrages annoncés par les fameux "Gilets Jaunes", un collectif trop informel et peu fiable selon les Motards en Colère, qui redoutent des débordements. Philippe Gayraud, membre du bureau de la FFMC 34, doute du dépôt des demandes d'autorisation en préfecture, et préfère se joindre au cortège de sa fédération, qui a décidé de manifester à part, légalement et de manière encadrée.

Il l'a dit au micro de Caroline Agullo dans l'interview suivante. 
17 novembre : les motards en colère manifesteront de leur côté
Face à la flambée du prix des carburants, la colère monte. Les usagers de la routes s'organisent en vue des blocages annoncés nombreux le 17 novembre 2018. Mais certains sont circonspects quant aux appels qui fleurissent sur internet et préfèrent manifester de leur côté. C'est le cas de la Fédération des Motards en Colère. Les explications de Philippe Gayraud, membre du bureau de la FFMC de l'Hérault. - France 3 Occitanie - Caroline Agullo, Valérie Cohen-Luxey


Les transporteurs indécis


De son côté, la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR), n'a pas appelé à rejoindre le mouvement. Mais individuellement, les transporteurs pourraient participer à la mobilisation. Pour Caroline Combeau, chef de l'entreprise Hérault Transports Express (HTE), basée à Saint-Jean-de-Védas près de Montpellier, la hausse du diesel, de 20% en 2 ans, devient préoccupante :


Aujourd'hui, pour une entreprise comme la mienne, si je n'indexe pas cette hausse du gasoil sur les factures de mes clients, j'ai un surcoût de 400.000 à 450.000 €. Mais on a de toute façon une grosse perte, car je ne peux pas en répercuter la totalité.


Pour les transporteurs, la mobilisation a un coût


Caroline Combeau confie réfléchir individuellement à une participation de ses camions aux blocages du 17 novembre, mais pèse encore le pour et le contre en termes de coûts. 
17 novembre : l'hésitation des transporteurs à participer à la mobilisation contre la hausse des carburants
Face à la flambée du prix des carburants, la colère monte. Les usagers de la routes s'organisent en vue des blocages annoncés nombreux le 17 novembre 2018. Mais certains sont circonspects quant aux appels qui fleurissent sur internet. Les transporteurs s'interrogent encore sur leur participation. C'est le cas de Caroline Combeau, chef de l'entreprise Hérault Transport Express. - France 3 Occitanie - Caroline Agullo, Valérie Cohen-Luxey


Près de 500 barrages annoncés en France


En attendant, sur les réseaux sociaux, les appels au blocage se multiplient. Le 17 novembre sera une journée test pour le gouvernement. Près de 500 barrages routiers ont déjà été répertoriés sur la carte interactive disponible sur l'une des nombreuses pages Facebook appelant à se joindre au mouvement.

Voici le reportage de Caroline Agullo et Valérie Cohen-Luxey. 
17 novembre : une mobilisation en ordre dispersé dans l'Hérault contre la hausse des prix du carburant
Face à la flambée du prix des carburants, la colère monte. Les usagers de la route s'organisent en vue des blocages annoncés nombreux le 17 novembre 2018. Mais certains sont circonspects quant aux appels qui fleurissent sur internet et préfèrent manifester de leur côté. C'est le cas de la Fédération des Motards en Colère. Quant aux transporteurs, ils s'interrogent encore sur leur participation.Avec Jean-Michel Sénéchal, coordinateur de la Fédération des Motards en Colère de l'Hérault (FFMC 34), Philippe Gayraud, membre du bureau de la FFMC 34, Dominique Tieppo, adhérente de la FFMC 34 et Caroline Combeau, chef de l'Entreprise Hérault Transport Express. - France 3 Occitanie - Caroline Agullo, Valérie Cohen-Luxey


Mobilisation dans le Gard


Samedi 17 novembre, les gilets jaunes nîmois promettent de paralyser la circulation à des points névralgiques.
Le rond-point de Nîmes-ouest et le péage de sortie de l'A.9 sont particulièrement visés.

Ils envisagent également des dizaines de blocages de routes dans le département.
 
Nîmes : les gilets jaunes préparent la manif
Leur signe de ralliement : le gilet jaune. Leur objectif : montrer leur mécontentement face à la hausse des taxes sur les carburants. A Nîmes, ils devraient viser l'A.9.  - F3 LR - Reportage : J.Curato et P.Trouillet
Source de l'article : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/hausse-du-prix-carburants-mobilisation-ordre-disperse-17-novembre-languedoc-1571056.html
Partager