RADIO(S)

Alerte info
RMS INFOS : : Désormais, Ecoutez RMS RADIO MIDI SOLEIL sur la fréquence 96.4 sur l'Application WEBTUNER.FR !


Des insultes et des agressions présumées racistes ont émaillé une rencontre de division 3 en Alsace début mai. Illustration
Des insultes et des agressions présumées racistes ont émaillé une rencontre de division 3 en Alsace début mai. Illustration — Gilles Varela
  • Début mai, des incidents ont émaillé un match de football amateur en Alsace, où trois joueurs d’origine africaine auraient reçu insultes racistes et coups.
  • Tandis qu'une enquête est ouverte sur ces faits, «20 Minutes» s'interroge, avec des acteurs, sur un possible racisme «latent» dans le football amateur.

Le président Jean-Michel Dietrich n’avait encore, selon ses dires, jamais assisté à une bagarre générale. Mais le 6 mai, le déplacement de son club, l’AS Benfeld, a été arrêté avant la mi-temps à Mackenheim, après une altercation consécutive à des insultes racistes et des coups présumés à l’encontre de trois joueurs noirs de son équipe.

« J’ai eu peur pour l’ensemble de mes joueurs, j’ai pensé que l’un d’eux aurait pu y laisser sa peau », explique celui qui affirme avoir également été frappé dans le dos en se dirigeant vers le rond central. Pour Jean-Michel Dietrich, pas question donc de tolérer ces faits, qu’il a dénoncés dans une lettre à la Ligue d’Alsace partagée sur Facebook.

« Une stratégie pour déstabiliser leurs adversaires »

Tandis qu’une commission de discipline est prévue le 24 mai et qu'une enquête de gendarmerie est aussi en cours, ces événements interrogent. Sont-ils révélateurs d’un problème plus profond dans le monde amateur ? Plusieurs ouvrages, comme celui de deux chercheurs en région lyonnaise, ont justement déjà été écrits.

Ancien joueur amateur devenu responsable de club depuis moins de deux ans, Jean-Michel Dietrich n’hésite pas : « Il y a un racisme latent dans ce qu’on entend parfois. Ça peut venir de spectateurs - peu importe leur origine - mais aussi de joueurs dont quelques-uns peuvent l’utiliser comme une stratégie pour déstabiliser leurs adversaires. »

« A 15 ans, je ne pensais pas que ça pouvait exister »

Licencié au Racing (où il joue avec la réserve) jusqu’à la fin de la saison, Quentin Othon, 30 ans, l’a subi à différents niveaux, de la Ligue 1 à la Nationale 2. Moins récemment, certes. Mais sous la forme d’attaques verbales diverses et variées sur sa couleur de peau. Surtout de la part de supporters adverses. Mais pas seulement, en match.

« Ça arrive d’en entendre mais je ne réagis pas, complète-t-il. Je ne le prends pas à légère mais quand l’adversaire veut jouer dessus, il faut essayer de prendre du recul, même si ce n’est pas facile. » Surtout dans ses premières années à Strasbourg où ce milieu natif de Seine-Saint-Denis a débarqué à 15 ans au milieu des années 2000 :

« A cet âge-là, quand vous n’avez jamais entendu ça venant du bord du terrain, c’est assez choquant. Avant, je ne pensais pas que des gens pouvaient dire des choses comme ça. »

Quelle lutte contre le fair-play dans le foot amateur ?

« C’est malsain », embraye Jean-Michel Dietrich de l’AS Benfeld. S’il a tiré la sonnette d’alarme, c’est pour sensibiliser et faire réagir afin de montrer autre chose aux jeunes pratiquants. « Aujourd’hui, je me dis que si on n’arrive pas à résoudre ça, il risque d’y avoir un drame un jour, renchérit le président du club de division 3. Il faut que ça cesse. »

Dans un communiqué, la Ligue d’Alsace a annoncé une campagne de sensibilisation pour lutter contre le racisme dès 2018 - en rappelant sa politique « depuis plusieurs années » à ce sujet. Pourtant, le président de l’AS Benfeld juge qu’en matière de fair-play, beaucoup reste à faire, « avec une approche différente, quitte à donner des points en plus par exemple. »

« Ce sont des images dont on n’a pas besoin dans le foot »

Arrivé à Strasbourg en CFA2, puis passé par Haguenau (CFA2) et Erstein (National 3), Saidou Sow, 28 ans, a aussi foulé bon nombre de terrains. « Bien en Alsace », l’attaquant déplore ces incidents et l’image qu’ils donnent au foot amateur : « C’est surprenant. Ce sont des images dont on n’a pas besoin dans le foot. » Et de terminer :

« C’est vraiment dommage parce que ça ne représente pas tout le monde. Il y a toujours deux, trois, “imbéciles” qui font n’importe quoi. C’est une minorité. Moi, je n’ai jamais rencontré ce genre de problème en Alsace. Ici, les gens sont sympas. Ça m’est arrivé une seule fois, lors d’un déplacement en Corse avec Le Mans en première division. »

 
Source de l'article : https://www.20minutes.fr/societe/2272215-20180516-insultes-coups-lors-match-foot-alsace-probleme-racisme-foot-amateur
Partager